la Théorie des Contraintes : plus de Valeur dans les process, c’est pas du TOC !

Alors que le Lean était en train de révolutionner les ateliers industriels au Japon, Eli Godlratt inventait la ‘Theory of Constraints – TOC’ pour optimiser les process industriels aux USA. Son premier livre ‘Le But’ posait les jalons de cette démarche très proche de la démarche Valeur dans son esprit :

– pour optimiser un process, il faut commencer par se demander « à quoi il sert ? ». La réponse est évidente : à transformer ce qui y entre en ce qui doit en sortir ! Le but (d’où le titre de l’ouvrage) du process est d’augmenter le ‘throughput’ : quantité de produits bons produits par unite de temps.

– ensuite, il faut définir ce qui génère ou limite le throughput : les contraintes (d’où le nom de la théorie). Ceci correspond dans la démarche Valeur à l’étape de repérage des coûts utiles ou non.

– l’optimisation vise à modifier le process en consolidant les ‘bottlenecks’ ou en les évitant. On y retrouve l’étape de recherche de solution de la démarche Valeur.

L’ouvrage est très pédagogique : un roman où le héros découvre les préceptes de la TOC à la fois dans l’atelier où il arrive comme nouveau responsable, au contact d’un consultant-coach croisé aux moments-clés, et dans la vie civile. On n’oublie pas l’exemple savoureux de la patrouille scoute dont le rythme (le throughput) est limité par le scout le plus lent : le rythme du groupe accélère lorsque les autres plus costauds le déchargent de son sac trop lourd et le font marcher devant !

Eli Goldratt a depuis transposé les préceptes de la TOC à bien d’autres domaines des process tertiaires et informatiques, en y ajoutant des concepts brillants : en gestion de projet, par exemple, il a observé que le temps total est calculé à partir du temps de chaque étape du chemin critique. Mais que chaque étape y est dimensionnée par un acteur différent qui inclut un temps ‘normal’ ET un temps de ‘gestion d’aléa’. Normal et professionnel, bien sûr ! Mais le temps totalinclut donc TOUS les temps d’aléas des opérations amont ! Eli Goldratt propose donc tout simplement de calculer le chemin critique seulement avec les temps ‘normaux’, et de n’ajouter les temps d’aléas qu’A LA FIN du chemin critique ‘normal’ : ceci permet de ne consommer le temps d’aléa QUE s’il y a un aléa !

La lecture de la collection complète des ‘romans’ de la TOC est donc largement à conseiller à tous les aficionados de la démarche Valeur – et à tous ceux qui ont des process à optimiser !

ISBN-13: 978-2124656417

Olaf de Hemmer Gudme

Related Posts

« Principe d’innovation : grouper plusieurs parties de votre produit » par Laurent Cachalou

« Principe d’innovation : grouper plusieurs parties de votre produit » par Laurent Cachalou

« Le treuil qui coûte 10x moins cher »

« Le treuil qui coûte 10x moins cher »

Maximiser sa valeur, la raison d’être de l’entreprise

Maximiser sa valeur, la raison d’être de l’entreprise

Trouver des solutions n’est pas la solution !?

Trouver des solutions n’est pas la solution !?

1 Comment

Répondre à odehemmer Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.