« Le treuil qui coûte 10x moins cher »

« Le treuil qui coûte 10x moins cher »

Notre confrère Laurent Cachalou, conseil en innovation publie sur son blog « Innover Malin » un exemple de ce qu’on peut faire avec la méthode TRIZ : un industriel souhaite diviser par 10 le coût d’un treuil de remorquage de 4×4. Lisez son article pour voir comment TRIZ l’aide à relever cet ambitieux chalenge !

Ca m’a donné envie de montrer comment le Value(s) Design pourrait nous aider sur ce sujet 🙂

Appliquons donc nos 2 questions et 1 principe pour re-devenir innovant, frugal et responsable.

« A quoi sert le treuil ? » :

Travaillons avec les parties prenantes qui connaissent les besoins : conducteurs de 4×4 expérimentés dans les situations extrêmes, préparateurs de voitures de rallye, garagistes, …

Leur réponse : « à treuiller … ». Bon, en échangeant un peu avec eux, nous finirons par une expression plus orthodoxe comme « à tracter la voiture à partir d’un point fixe extérieur (arbre, pieu …), malgré les pneus qui n’adhèrent plus au sol glissant ».

« Que suffit-il ?  »

Travaillons avec les parties prenantes qui connaissent les solutions pour cela : ingénieurs mécaniciens automobiles, mais aussi grutiers, paysans, moto-cross … qui ont le même type de besoin.

Ce qui suffit pour tracter la voiture sur un point d’accroche extérieur : une source d’énergie + un lien.

Nous disposons en réalité de plusieurs types d’énergie embarquée :

  • la batterie, certes, mais elle suppose en plus un moteur électrique, ce qui rend le tout coûteux
  • mais évidemment aussi le moteur et la chaine de transmission, qui sont inopérants sur le sol glissant
  • voire les muscles des passagers : un treuil manuel rangé dans le coffre devrait suffire, si le temps de la manoeuvre n’est pas limité.

La source d’énergie la plus adaptée est probablement le moteur, mais le patinage des pneus sur le sol la rend inopérante.

Que suffirait-il pour redonner de l’adhérence à la roue ? On peut explorer toutes les solutions ‘classiques’ : plaques adhérentes entre la roue et le sol, ‘chenille’ ajoutée à la roue (solution issue des tracteurs), pneu dégonflé (solution issue du motocross) …

Que suffirait-il pour relier l’énergie disponible au moteur au point fixe extérieur ? Un câble fait l’affaire. Comment le solidariser aux roues ?

  • Créer un autre axe mécanique, comme sur les tracteurs ?
  • Une sangle large ou une chenille glissée autour ou sous les roues ?
  • Enlever un pneu et utiliser la jante ?
  • Remplacer une roue par un axe de treuil ?
  • Attacher un axe de treuil à la roue ? Cette dernière solution correspond au ‘Bush Winch’ présenté dans l’exemple : CQFD.
Concept de treuil Bush Winch – source vidéo The bush Winch sur Youtube
via Laurent Cachalou

Qu’apporte de plus le Value(s) Design ?

On voit que le questionnement systématique du Value(s) Design « que suffit-il ? » / « à quoi ça sert ? » suffit à générer l’idée présentée, et bien d’autres ! Il n’est pas nécessaire ici de recourir à l’analyse interne de la solution ‘treuil’, ou à une batterie d’outil TRIZ.

Reste que le système d’accroche du ‘bush winch’ aux boulons de la roue ne paraît pas très simple ? Que suffirait – il pour accrocher l’axe de treuil à la roue ? Une ‘pince’ engagée dans les branches de la jante, ou serrée autour du pneu, devrait suffire ?

Dans la recherche de solutions, il est indispensable de lister l’ensemble des étapes du cycle de vie pour lesquelles des services doivent être rendus : ici, le treuillage correspond à l’utilisation, mais la solution optimale devra absolument répondre aux besoins de « faciliter l’installation » et « limiter l’encombrement au rangement », …

Merci à Laurent Cachalou pour cet exemple, que j’utiliserai sûrement (avec sa permission) dans de prochaines formations au Value(s) Design 😉

A votre avis : « Que suffit-il ? »

Profitons de ce post pour annoncer le démarrage d’un nouvel ouvrage : intitulé « Que suffit-il ? », il présentera des dizaines d’exemples d’applications du Value(s) Design rencontrés pendant mes 20 ans d’expérience comme Value(s) Designer. Je prévois de les présenter à travers un article par semaine, appuyé par une courte vidéo où je raconterai l’histoire : certaines le méritent vraiment !

Et comme il paraît que c’est mieux de travailler avec les parties prenantes pour vérifier ce qui suffit pour répondre à leur vrai besoin 😉 je ferai bientôt un sondage pour connaître vos préférences parmi les dizaines d’exemples dont je dispose …

Olaf de Hemmer Gudme

Related Posts

« Et lentement, tout bascule » par Blandine et Arthur de Lassus

« Et lentement, tout bascule » par Blandine et Arthur de Lassus

les belles histoires du Value(s) Design : remplacement des unités de levage d’un site industriel

les belles histoires du Value(s) Design : remplacement des unités de levage d’un site industriel

« les belles histoires du Value(s) Design : la digitalisation d’un process commercial bancaire »

« les belles histoires du Value(s) Design : la digitalisation d’un process commercial bancaire »

« Principe d’innovation : grouper plusieurs parties de votre produit » par Laurent Cachalou

« Principe d’innovation : grouper plusieurs parties de votre produit » par Laurent Cachalou

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.