Emmanuel Macron ‘disrupte’ la politique ?

Sujet inhabituel abordé dans ces pages : une candidature à la présidentielle … Rien à voir avec Valeur(s) & Management ? Eh bien si !

Un article de Up Magazine -dont d’autres articles ont déjà été mentionnés grâce à son orientation ‘économie solidaire’- présente une analyse du candidat Macron comme « disruptif » et « talent transformationnel » :

Arnaud Devigne y est partial puisque membre de En Marche :  » Depuis tout petit (il) s’intéresse à la politique ; pourtant, y compris lors de son passage par Sciences Po, il ne s’était jamais impliqué. Il ne s’était jamais réellement retrouvé dans aucun parti, tous porteurs de dogmes privateurs de libertés ». Mais il baigne dans le digital depuis vingt ans, aujourd’hui comme Directeur Général  de INDEED, le premier moteur de recherche d’emplois. Il s’intéresse aux Entreprises Virtuelles et aux nouvelles formes organisationnelles depuis les années 90.

« Depuis la fin des années 90, le monde de l’entreprise, en France et à l’international a beaucoup changé. Le digital y est pour beaucoup car celui-ci a complètement ré-ouvert le champ des possibles. En même temps, a commencé à apparaître une nouvelle génération de talents qui s’est mise à défier les manageurs en place. Ces talents transformationnels se caractérisent par une recherche de sens, un challenge du status quo et la proposition de solutions alternatives. » …

« une de ses forces est de rassembler grâce à une approche à la Simon Senek: le Why ou le Massive Transformative Purpose. En partant de la vision et des valeurs, le programme est presque secondaire. Il est une conséquence. Ensuite, il challenge le status quo notamment en refusant le clivage gauche-droite. Enfin, il propose des solutions nouvelles en s’affranchissant des dogmes, par exemple en proposant le droit à l’assurance chômage pour tout type de travailleur, quelque soit son statut. » …

« Trois caractéristiques de ces nouvelles entreprises sont la vision, le data analytics et l’expérimentation rapide. Nous avons déjà parlé de la vision plus haut. Concernant le data analytics, il s’agit, là aussi d’un réel changement de paradigme : on ne fait plus d’études de marché. Au lieu de cela on collecte des volumes gigantesques de données, et on prend des décisions en les analysant. Le big data a remplacé l’ancien métier de directeur marketing. Concernant l’expérimentation rapide, ou ce que les marketeux appellent A/B testing, on teste à petite échelle un produit ou un service. » …

« Tout cela laisse présager qu’il pourrait conduire, le cas échéant, au renouveau de l’État. On passerait ainsi de l’État régulateur et contrôleur à l’État facilitateur, catalyseur et animateur. Etat : vers une organisation ouverte et une stratégie de plateforme ? »

Je suis tout étonné* de retrouver dans ces extraits les points-clés du raisonnement valeur(s) :

  1. définition du sens, ‘why? » (je préfère ‘what for’ = à quoi ça sert ? mais bon…)
  2. expérimentation rapide (agilité, innovation de rupture = que suffit-il ?)
  3. travailler AVEC les parties prenantes

Qu’en pensez-vous ?

*(agréablement, puisque autant l’avouer j’avais déjà décidé de voter pour Emmanuel Macron)

Répondre à Olaf de Hemmer Gudme Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *