L’invention de l’ingénieur-designer (2/2) par Alain Cadix

alain cadixBravo à Alain Cadix de poursuivre dans l’Usine Nouvelle son plaidoyer pour l’ingénieur-designer, dont le premier volet était déjà commenté sur V&M  !

Mais ces ‘ingénieurs-designers‘ devront couvrir large: mécanique, informatique, ergonomie, production … et ils devront aussi maîtriser les compétences d’acheteur, marketeur, financier, responsable QHSE / RSE, distributeur, stratège, … évidemment indispensables dans la réussite d’une innovation !

Le modèle de l’ingénieur-designer est-il alors idéal, alors qu’il devra de toutes façons apprendre l’intelligence collective avec les autres parties prenantes,  les plus importantes ne faisant pas partie de l’entreprise : clients, fournisseurs, chercheurs, financeurs … ?

La formule humoristique de l’ENSCI « Vous me demandez de concevoir un pont. Très bien, mais il n’y a pas que la solution du pont pour traverser la rivière. Et, du reste, êtes-vous sûr de vouloir la traverser ? » est d’ailleurs une excellente illustration du raisonnement Valeur(s) qui permet depuis des dizaines d’années de mobiliser l’intelligence collective pour l’innovation !

La 1e question-clé en est « à quoi ça sert ?« , à poser aux parties prenantes concernées jusqu’à exprimer leur vrai besoin :

  • un pont, à quoi ça sert ?… Relier 2 berges.
  • à quoi ça sert ? Permettre à des utilisateurs de traverser une rivière.
  • pour passer des biens du côté où ils sont disponibles au côté où ils sont utiles.
  • pour satisfaire directement des besoins humains ou participer à la production de biens et services

La 2e question « que suffit-il ? » est à poser aux parties prenantes qui connaissent les solutions :

  • le pont pourra être dimensionné en fonction des charges, sens et fréquences de traversée.
  • ou on y préférera un ferry, ou un détour par un pont déjà existant, ou une catapulte …
  • ou on mettra en évidence que d’autres solutions sont déjà disponibles du bon côté pour répondre au besoin …

Derrière ce petit exemple simpliste (de très nombreux exemples plus élaborés sont disponibles dans les articles de ce blog !) se cache les méthodes Valeur(s), qui facilitent l’exploration systématique d’innovation pour la création de valeur(s), appuyées sur le paradigme de la systémique, que devraient mettre en oeuvre toute équipe responsable d’un projet !

Formons-y les ingénieurs, les designers … et tous les autres ?!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *