Jean Prevost « Au travail ! » : innovation et design de mobiliers de bureaux

Notre confrèrebureau Jean Prévost profite de la rentrée pour nous faire suivre un article « Au travail ! » bien intéressant sur l’innovation et le design : la collaboration entre l’Ecole Bleue et Steelcase sur la conception de mobiliers de bureau innovants.

Mais j’ai été stupéfait dès les premières lignes de l’article original :

« Comment est né le projet « Au Travail », quel en était l’objectif ?

Nous étions intéressés par le regard d’étudiants, n’ayant pas encore connu le marché du travail, et bénéficiant de ce fait d’une vraie fraîcheur sur ce sujet. …

… Pour la mise en place du projet, nous avons dans un premier temps reçu les étudiants pour leur présenter les enjeux et les innovations sur l’espace de travail. … »

Donc, l’Ecole Bleue apprend aux designers à concevoir SANS CONNAITRE LES BESOINS, sans contact direct avec les utilisateurs potentiels (on suppose qu’ils en sont représentatifs ?) ?!

Voilà bien la dérive possible du « design thinking », comme l’était celle des ingénieurs isolés dans leurs technologies : innover sans connaître le vrai besoin … Evidemment cela ouvre la créativité, mais n’assure évidemment pas l’utilité des idées ?

Il va vraiment falloir faire découvrir aux designers les démarches Valeur(s) et la question, qui tue « à quoi ça sert ? » !!!

Autre étonnement du sponsor Steelcase : «  … Une de nos grandes surprises a été de constater qu’ils imaginent une frontière très étanche entre vie professionnelle et vie personnelle, alors que la réalité tend plutôt à rapprocher ces deux mondes.  »

Qui s’étonne que les jeunes veuillent séparer les vies pro et privées ? Pourquoi seraient-ils différents des plus anciens ? Le zapping n’empêche pas la séparation … Et la ‘réalité’ n’est-elle pas plutôt la pression des vendeurs d’outils de com ?

Vous aurez peut-être noté que les 3 projets présentés dans l’article sont des objets d’abord destinés à la séparation modulable !? L’application de la question « à quoi ça sert ? » au mobilier et aux espaces de travail mène immédiatement (outre « libérer son corps des efforts ») à « offrir l’ambiance requise pour le travail » et à son corollaire : ça dépend du travail à mener, dont une bonne partie se mène seul ! Et d’autres à 2, 3 …

Plusieurs missions Valeur(s) nous ont déjà donné l’occasion de vérifier l’intérêt d’offrir des conditions et donc des mobiliers et agencements de bureaux différents pour différents métiers et différentes activités, à exercer à différents moments !

Olaf de Hemmer Gudme

Related Posts

Maximiser sa valeur, la raison d’être de l’entreprise

Maximiser sa valeur, la raison d’être de l’entreprise

« Les entreprises ont-elles besoin d’une «raison d’être» pour exister? »

« Les entreprises ont-elles besoin d’une «raison d’être» pour exister? »

Raison d’être ou ne pas être : là est la question ?

Raison d’être ou ne pas être : là est la question ?

Trouver des solutions n’est pas la solution !?

Trouver des solutions n’est pas la solution !?

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.