Comment capter l’innovation au niveau des achats? Décisions Achats

decisionachats-logoDécisions Achats, revue électronique de référence du monde des Achats, publie un article sur « Comment capter l’innovation au niveau des achats? ».

« Sujet à la mode par excellence, l’innovation est à la portée des acheteurs. Mais comment la capter ? Le point avec quelques signataires de l’accord de bonnes pratiques entre acheteurs et fournisseurs du secteur marketing et communication, réunis autour de la CDAF. »

Le pitch est alléchant, et la table ronde a confirmé la montée en grade de l’acheteur en tant qu’acteur de l’innovation. Une nouvelle facette de sa mission officialisée par les divers accords sectoriels de bonnes pratiques achats portés par la CDAF et la Médiation.

Mais nos lecteurs seront peut-être étonnés de lire que  » L’innovation ne peut pas rentrer dans un cahier des charges » ? Bien sûr, les professionnels insistent sur les autres leviers que sont l’écoute et la parole, l’appel d’offre ayant « un format non propice à faire émerger l’innovation » ?

En effet, s’il s’agit d’un cahier des charges « technique » qui définit la solution à fournir. Mais il est tout à fait possible de formaliser besoins, performances attendues, … SANS définir de solution et en ouvrant à toute innovation !

L’analyse fonctionnelle a été inventée dans ce but par le Directeur Achats de GE dans les années ’50 ! Elle est utilisée par des milliers d’ingénieurs, et portée depuis plus de 30 ans par l’AFAV en France et l’EGB en Europe.

Les Achats les plus avancés redécouvrent les vertus du « cahier des charges fonctionnel » pour explorer les alternatives avec leurs fournisseurs. Il facilite le dialogue entre ingénierie et fournisseurs, pour non seulement capter mais susciter l’innovation. Et  mène souvent à des économies importantes, en même temps que des améliorations de performance.

Cette démarche est d’ailleurs enseignée, outre de  nombreuse écoles d’ingénieurs, dans les meilleurs Masters Achats : Centrale Paris pour des acheteurs techniques, Grenoble EM … Formons plus d’acheteurs à cette démarche !

La remarque ci-dessus a d’ailleurs été faire en réponse à une question intéressante a été posée par un participant : « Comment (les acheteurs) peuvent-ils mesurer l’innovation dans un appel d’offre ? ». Mais faut-il mesurer l’innovation ? L’objectif d’un appel d ‘offres est d’obtenir les meilleures offres de fournisseurs, par rapport aux exigences des demandeurs et au prix demandé : pourquoi mesurer l’innovation ? Si la construction d’un AO favorisant des réponses innovantes est tout à fait positive, pour permettre d’obtenir une offre mieux disante, le fait qu’une réponse soit innovante ou pas ne devrait pas être un critère en soi ? A part bien sûr si l’offre recherchée doit elle-même participer à un besoin d’innovation du client, ce cas particulier devant alors faire partie des critères de l’AO.

 

Un commentaire


  1. Sur ce sujet de l’innovation, un tour du côté de Bernard Monnier (MIM) est un grand bol d’air. On sort de ce phénomène de mode passionnel pour entrer dans un univers objectif, où le lien existe entre incatation, théories, et transformation opérationnelle…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *