de la ‘Valeur pérenne’ par le Lean management

Une consœur spécialiste du Lean a mis en ligne il y a quelques mois le site ‘Valeur pérenne, pour échanger sur les pratiques de mise en oeuvre du lean management’.

Un exemple de plus de la convergence entre nos disciplines : on y trouve une série de réflexions et d’exemples sur l’intérêt pour une entreprise de mettre « la valeur au centre de toutes les activités, commerciales ou non » (titre du premier post de ce blog). D’où le concept de ‘lean management’, qui propose d’appliquer à toute activité de l’entreprise les préceptes du lean :

  1. Définir la valeur du point de vue du client final de la famille de produit
  2. Identifier toutes les étapes du flux de valeur de la famille de produit en éliminant chaque fois que c’est possible celles qui n’apportent pas de valeur
  3. Faire en sorte que les étapes d’apport de valeur soient réalisées en séquence pour le produit circule de manière fluide jusqu’au client.
  4. Lorsque la circulation se fait, laisser le client « tirer » la valeur de l’activité amont.
  5. Viser la perfection : au fur et à mesure que la valeur est définie, que les flux de valeur sont identifiés, que des étapes inutiles sont enlevées et que le flux tiré est introduit, recommencer les étapes précédentes en recherchant un système parfait dans lequel une valeur parfaite est créée sans gaspillages.

Mais l’auteur entame son dernier article en date par un aveu : « J’avoue que je suis embarrassée : quelle est « la » définition du « lean management » ? comment faire émerger ce qui différencie le lean management d’autres théories sur l’organisation d’entreprises ? »

Une autre question pourrait s’avérer pertinente : comment faire émerger ce qui rapproche le lean management d’autres théories sur l’organisation d’entreprises ? »

La démarche proposée cherche bien : (préceptes familiers des pros de la Valeur)

  • à viser la perfection, encore et toujours, pour toutes les parties prenantes (clients mais aussi actionnaires, salariés, fournisseurs et société civile)
  • à changer en profondeur les croyances et méthodes des hommes et des femmes qui produisent la valeur

Mais il manque des outils pour ‘définir la valeur’, pour ‘identifier ce qui n’apporte pas de valeur’ … Et la démarche ne propose d’améliorer ‘que’ le flux, pas les autres ressources consommées.

Les autres démarches Valeur présentées dans ce blog peuvent certainement contribuer à compléter cette approche : Combinons-les ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *