Mais elle est où la valeur de Facebook ?

L’Usine Nouvelle titre aujourd’hui sur la question sous-jacente à la méga-introduction de l’entreprise reine du réseau social : que valoriser dans l’économie de l’immatériel ? 100 milliards de dollars : « une bulle », rien que du goodwill ?

Non, répond le journaliste : le business model des industriels eux-mêmes est modifié ! « … ce que vendent ces industriels, ce n’est plus tant leurs produits qu’un service rendu. C’est à dire une valeur immatérielle… comme Facebook ! »

Et de citer Henri Verdier et Nicolas Colin : « il nous faut réapprendre à quantifier la valeur dans l’économie, à en révéler les sous-jacents, bref à redonner à l’économie numérique sa réalité », dans leur excellent livre « L’âge de la multitude » qui vient de paraitre aux éditions Armand Colin. Quelques extraits en sont disponibles ici.

Olaf de Hemmer Gudme

Related Posts

« le marketing de demain » par le Conseil Scientifique de l’ADETEM

« le marketing de demain » par le Conseil Scientifique de l’ADETEM

les belles histoires du Value(s) Design : remplacement des unités de levage d’un site industriel

les belles histoires du Value(s) Design : remplacement des unités de levage d’un site industriel

Maximiser sa valeur, la raison d’être de l’entreprise

Maximiser sa valeur, la raison d’être de l’entreprise

« Les entreprises ont-elles besoin d’une «raison d’être» pour exister? »

« Les entreprises ont-elles besoin d’une «raison d’être» pour exister? »

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.