POUR UN CAPITALISME D’INTERÊT GÉNÉRAL, par Jean-Marc Borello

Les UP Conférences présentent ce lundi 23 janvier leur patron Jean-Marc Borello qui publie « Pour un capitalisme d’intérêt général » : l’économie sociale, nouvelle voie économique entre le capitalisme pur et dur d’une part et le monde associatif d’autre part.

Il y raconte comment il a réussi à passer d’éducateur spécialisé à patron d’un groupe de 15000 Personnes, que les 20% de croissance annuel font doubler de taille tous les 4 ans, « sans stratégie, ni mission, ni vision … mais une vraie attention aux besoins des gens » et qui aujourd’hui collabore avec des investisseurs privés de grandes entreprises avec son fonds de capital-investissement « avec un rendement faible mais sûr à long terme, sans risque et avec impact environnemental et social« .

Une belle application de la création de valeur(s) ?

Olaf de Hemmer Gudme

Related Posts

« Le treuil qui coûte 10x moins cher »

« Le treuil qui coûte 10x moins cher »

10 ÉTAPES POUR INTÉGRER L’ÉCONOMIE CIRCULAIRE DANS SES ACHATS

10 ÉTAPES POUR INTÉGRER L’ÉCONOMIE CIRCULAIRE DANS SES ACHATS

Maximiser sa valeur, la raison d’être de l’entreprise

Maximiser sa valeur, la raison d’être de l’entreprise

« Les entreprises ont-elles besoin d’une «raison d’être» pour exister? »

« Les entreprises ont-elles besoin d’une «raison d’être» pour exister? »

1 Comment

  1. Thierry Weil, Délégué général de La Fabrique de l’industrie, publie sur Linkedin un article pour « Promouvoir un capitalisme d’intérêt général »

    https://www.linkedin.com/pulse/promouvoir-un-capitalisme-dintérêt-général-thierry-weil

    Plus documenté sur le formes d’entreprises ‘à mission’ théorique, il est tout à fait dans la ligne et complète l’ouvrage de Jean-Marc Borello.

    Il m’amène à qq questions :

    > Est-ce que beaucoup d’entreprises peuvent vivre sans capital ? Donc sans rémunérer celui qui le fournit ? (pas forcément en argent…)

    >Est-ce que AUCUNE entreprise peut créer du profit DURABLE pour un actionnaire sans satisfaire AUSSI à la fois ses clients, ses employés, ses fournisseurs, la société dans laquelle elle opère … ? L’intérêt de chacun est donc intrinsèquement lié à l’intérêt des autres (l’intérêt ‘général’ me paraît un peu vague …).

    >Le capital ‘financier’ est-il le seul à faire fructifier et à rémunérer : les capitaux humain, informationnel, process, matériel, d’image, de relations (avec clients, fournisseurs, partenaires) … ne sont-ils pas tout aussi importants ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.