enquête « Création de valeur(s) par les Achats » : résultats !

L’enquête lancée par Alain Alleaume et Olaf de Hemmer, avec le soutien du Conseil National des Achats, sur le thème de la création de valeur(s) par les achats a permis de recueillir une cinquantaine de réponses très instructives de professionnels des achats de tous horizons. En voici les premiers enseignements.

L’objectif est d’explorer ce que signifie pour les acheteurs la création de valeur, sujet souvent débattu mais dont la compréhension n’est pas évidente, et d’étudier comment évolue la perception du rôle des achats dans l’entreprise :

  • à qui servent les acheteurs, à l’intérieur et à l’extérieur de l’entreprise ?
  • Quelles sont les attentes et sont-elles remplies ?
  • Quels indicateurs de performance sont utilisés pour les Achats et sont-ils cohérents avec ces attentes ?

Les réponses démontrent une vision peu homogène du rôle des achats, où dominent les économies et le profit, avec pour certains une volonté de participer à l’innovation, l’anticipation et le challenge des besoins, en collaboration avec la DG et d’autres fonctions de l’entreprise. Une minorité montre une implication forte des Achats à la création de valeur sur les dimensions des risques, de l’image et même de la RSE.

Clairement, les Achats travaillent avec les fournisseurs, mais pas pour ceux-ci, même si certains soulignent l’importance de partenariats stratégiques.

Les attentes des autres fonctions de l’entreprise sont souvent mal connues et rarement formalisées à travers des indicateurs de performance. Les Achats ignorent donc le plus souvent si leurs interlocuteurs sont satisfaits, à part pour la Direction Générale et de la Supply Chain. Plus étonnant, les acheteurs semblent plus soucieux des clients de l’entreprise que des fournisseurs, rarement satisfaits … Et deux populations d’acheteurs semblent se distinguer, concernés ou non par les employés et l’environnement.

Les indicateurs de performances des Achats sont très classiques : économies et qualité. Rares sont ceux liés à la RSE, la RH et -plus surprenant- la R&D.

La qualité de relation, pourtant au cœur du métier des Achats présente un vrai déficit, qui culmine dans la négociation : la précision, attendue par tous, est rarement au rendez-vous ; le non-dit et la manipulation sont courants et la clarté fait grandement défaut. L’apprentissage basé des techniques et de la posture de défiance devrait être amélioré !

Le rôle des Achats attendu pour demain peut être résumé par une citation : « A construire une relation où fournisseur et client auront un même objectif : créer de la valeur globalement et à long terme. »

Cette synthèse ne reflète pas la richesse des réponses : les analyses détaillées des réponses à toutes les questions sont pour l’instant réservées aux participants … Pour y accéder : il suffit de participer à l’enquête ! Il n’est pas trop tard … Cliquez sur ce lien pour accéder au questionnaire.

N’hésitez pas à nous proposer votre regard ! Nous organiserons prochainement des entretiens avec les répondants pour analyser leur position, et des réunions de travail avec les membres du CNA.

Ces réponses nous confortent dans la certitude que la ‘création de valeur(s)’ est un sujet majeur pour l’évolution des Achats et de l’ensemble des acteurs de l’entreprise : savoir à qui l’on sert, quelles sont ses attentes, mesurer sa contribution à sa satisfaction et s’améliorer en concentrant ses moyens vers ce but sont les meilleurs moteurs de l’entreprise du XXIe siècle !

Pour aller plus loin, nous proposerons aux Directions Achats intéressées de mettre en place une évaluation –réciproque- de la satisfaction de leurs parties prenantes, base d’un dialogue de progrès vertueux pour l’avenir.

Qu’en pensez-vous ?

Un commentaire


  1. Bonjour à tous,

    « Merci » à Olaf De H. et Alain A. pour l’initiative de ce questionnaire.

    Concernant la question 4 .2 « Dans votre entreprise, les Achats travaillent AVEC ou POUR quelles parties prenantes externes ? »
    J’ai pu observer, de par les expériences vécues, que les ETI-PME travaillent davantage POUR les fournisseurs qu’AVEC, contrairement peut-être aux plus grandes organisations.
    Cela correspond-t- il aussi à votre constat ?

    Bien à vous.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *