L’entreprise du XXIe siècle sera sociale (ou ne sera pas)

Faire converger la (les) valeurs économique(s), sociale(s), environnementale(s) pour l’ensemble des parties prenantes des entreprises semble une utopie ? C’est pourtant le quotidien des ‘entreprises sociales’ !

Jean-Marc Borello, délégué général du Groupe SOS fait la preuve – comme bien d’autres managers de l’économie sociale- que ce management ‘durable’ est possible. L’ouvrage qu’il publie avec 2 comparses, l’un investisseur, l’autre économiste, s’adresse peut-être autant aux acteurs de ce monde ‘à part’, à la recherche d’une légitimité et d’outils de pros du management, qu’aux managers de l’économie ‘normale’, qui seraient à la recherche d’un équilibre entre recherche de profit et de sens !

« L’ouvrage se démarque par son refus de considérer l’entreprise sociale comme un monde à part. Elle participe à un monde en mutation et devient le moyen de faire converger économie de marché, secteur public et économie sociale et solidaire« , dit la 4e de couverture.

« L’entreprise du XXIe siècle sera sociale (ou ne sera pas) » prouve à nouveau que l’innovation vient des interfaces entre les mondes : on voit peut-être émerger là une partie de ce modèle de ‘management Valeur’ ?

Olaf de Hemmer Gudme

Related Posts

Maximiser sa valeur, la raison d’être de l’entreprise

Maximiser sa valeur, la raison d’être de l’entreprise

« Les entreprises ont-elles besoin d’une «raison d’être» pour exister? »

« Les entreprises ont-elles besoin d’une «raison d’être» pour exister? »

Raison d’être ou ne pas être : là est la question ?

Raison d’être ou ne pas être : là est la question ?

Le collectif, une valeur centrale pour créer de la valeur

Le collectif, une valeur centrale pour créer de la valeur

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.