« Purpose : the starting point of great companies » de Nikos Mourkogiannis

purpose

L’auteur Nikos Mourkogiannis, expert en stratégie et fondateur de Panthea cabinet de conseil devenu filiale de Booz Allen, propose de redonner encore plus de sens au management des entreprises en complétant la classique trilogie stratégique « mission, vision, valeurs » par une ‘raison d’être’, ou ‘purpose’ en anglais. Celle-ci permet de garder un cap bien plus sûr, dans un environnement où les paramètres stratégiques sont de pus en plus variables !

« Purpose : the starting point of great companies » est un ouvrage de référence publié en 2008, prescrit dans de nombreux MBA, et qui  fait partie de ceux répertoriés par Olivier Roland sur son site « des livres pour changer de vie« .

L’analyse de l’auteur se fonde bien sûr à partir d’exemples d’entrepreneurs modèles, tels Warren Buffet, Henry Ford, Thomas Watson de IBM … il met en évidence 4 types majeurs de raisons d’être : l’Exploration, l’Excellence, l’Altruisme ou l’Héroïsme, qui chacune vise à apporter aux clients une ‘valeur’ spécifique, susceptible d’entrer en résonnance avec ses ‘valeurs’, de créer une émotion envers l’entreprise, et de l’enthousiasmer. Et en même temps de donner du sens aux actions des employés.

L’idée de donner un sens ‘transcendant’ à l’entreprise, de rapprocher ‘valeur’ et ‘valeurs’ est tout à fait dans la ligne des démarches Valeur(s) présentées sur ce blog. L’auteur propose aussi une exploration des bases ‘philosophiques’ qui sous-tendent ces orientations, en particulier Aristote et les philosophes antiques de la Grèce dont l’auteur est originaire 😉

J’écris cet article à la lecture d’un autre, pointé sur Scoop.it! par Don Dea, qui cite régulièrement des ressources passionnantes : « Nothing is more powerfull than purpose » déclare Adam Braun, le fondateur d’une ONG qui refuse d’être une organisation ‘non profit’ pour être ‘for purpose’. Avoir une raison d’être n’est donc pas réservé aux ONG 😉

Ce thème du ‘purpose’ me rappelle une anecdote racontée par Alexandre Poussin dans son livre de voyage « On a roulé sur la Terre« . A leur arrivée en Inde en vélo, de jeunes gens stupéfaits de voir pour la première fois des blancs, lui tirent sur les poils des jambes en s’exclamant « Purpose ? » : ils sont imberbes et se demandent à quoi peut bien servir cette toison … Comme quoi la question est pertinente pour bien des sujets 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *