« Une putain de bonne question » par Frédéric BASCUÑANA

putain de questionNotre confrère Frédéric de CafeineTV pousse un cri du coeur (citant une fameuse réplique de Depardieu) dans un article sur la question qui a rendu célèbre Simon Sinek « WHY? ».

Plein d’enthousiasme sur « la puissance d’un raisonnement structuré autour d’un WHY solide« , il note sa difficulté : « mes coreligionnaires et moi-même nous étions un peu plantés sur le “WHY” d’un projet d’éventuelle association professionnelleConfondre le “WHY” avec le “HOW” … confondre des objectifs et des ambitions … Sous prétexte que chacun commence à répondre « parce que » : on pourrait croire que le problème a été correctement évoqué… »

Pourtant, écrit-il « Le WHY touche à notre foi la plus intime, à notre système de valeurs« , mais « Le WHY adresse un fantasme difficile à formuler » …

Voici donc un nouveau (?) promoteur de la recherche de sens collectif, de réconciliation des valeurs avec l’activité économique ! Nos lecteurs auront reconnu le raisonnement Valeur(s) ?

Mais je ne peux que réagir : il me semble que Frédéric et ses confrères (et Simon Sinek) passent à 2 doigts de la cible …

D’où mon commentaire à cet article :

« Frédéric, bravo pour ce cri du coeur : redonner du sens, de la foi, une vision collective … à nos projets est crucial.

Simon Sinek a en effet mis le doigt sur un moyen impressionnant pour mobiliser les énergies. Mais la question WHY présente un piège, tout comme sa traduction en français POURQUOI (en 1 mot) : on y répond le plus souvent « parce que », en termes de causalités (passées, impossibles à changer) …

Alors que nous cherchons à formuler un but, des finalités (futures, vers lesquelles on tend), que l’on ne trouve qu’en répondant « pour que … » ?!

Je vous propose donc de formuler vos réponses dans ces termes de « pour que … ». Et de poser une autre question, encore plus puissante : WHAT FOR / POUR QUOI (en 2 mots!).

Pour éviter la confusion (pourquoi / pour quoi), nous utilisons d’ailleurs la question « à quoi ça sert ? » pour faire exprimer les buts, les besoins à satisfaire … Pour constater son efficience, lisez le livre éponyme « À quoi ça sert ?: une approche système pour la création de valeurS » (disponible en version papier dans quelques jours).

Il ne s’agit pas juste d’un jeu de mot : il s’agit d’un changement complet de paradigme, qui est à la source de la pensée systémique, telle que formalisée par Jean-Louis Le Moigne, développée pour pallier aux limites du raisonnement cartésien (dont la causalité est un des 4 principes, et d’où la finalité est bannie) ! 

Il existe de nombreuses méthodes qui permettent de mettre en oeuvre systématiquement cette approche système : nous échangeons sur ce thème via le groupe LinkedIn Valeur(s) & Management. Rejoignez-nous pour continuer la discussion? 

Fin août, nous organisons d’ailleurs à Genève la 2e Université de la Valeur sur ce thème « redonner du sens à l’entreprise : des méthodes et des exemples« .

Olaf de Hemmer Gudme

Related Posts

« Principe d’innovation : grouper plusieurs parties de votre produit » par Laurent Cachalou

« Principe d’innovation : grouper plusieurs parties de votre produit » par Laurent Cachalou

« Le treuil qui coûte 10x moins cher »

« Le treuil qui coûte 10x moins cher »

10 ÉTAPES POUR INTÉGRER L’ÉCONOMIE CIRCULAIRE DANS SES ACHATS

10 ÉTAPES POUR INTÉGRER L’ÉCONOMIE CIRCULAIRE DANS SES ACHATS

Maximiser sa valeur, la raison d’être de l’entreprise

Maximiser sa valeur, la raison d’être de l’entreprise

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.