L’entreprise Agile : le MOOC

agile_mooc_horizontalLa fin de la 1e édition du MOOC « l’entreprise Agile » de Unow est l’occasion de revenir sur cette démarche très ‘tendance’ qui révolutionne la gestion de projets, à l’origine informatiques.

Agilité : tout est dit dans le mot, qui propose d’oublier les longs processus en V classiques de la conception de logiciels (et autre produits), supposant la rédaction de cahier des charges exhaustifs et détaillés avant de commencer la conception puis la fabrication de la solution, pour s’apercevoir après des mois (ou plus) que le résultat ne répond pas aux vraies attentes, qui d’ailleurs ont évolué depuis … Et de les remplacer par une démarche ‘agile’ d’itérations rapides de production d’ébauches et tests par les utilisateurs, améliorées au fur et à mesure via desjusqu’au livrable final et ses évolutions ultérieures.

En 2001, 17 développeurs ont formalisé dans le Manifeste Agile les 4 valeurs qui leur ont permis ce qui est devenu depuis une véritable révolution mondiale de la gestion de projet :

Nous découvrons comment mieux développer des logiciels par la pratique et en aidant les autres à le faire. Ces expériences nous ont amenés à valoriser :

Les individus et leurs interactions plus que les processus et les outils
Des logiciels opérationnels plus qu’une documentation exhaustive
La collaboration avec les clients  plus que la négociation contractuelle
L’adaptation au changement plus que le suivi d’un plan

Nous reconnaissons la valeur des seconds éléments, mais privilégions les premiers.

Les 12 principes sous-jacents au Manifeste Agile concrétisent parfaitement ces points : dialogue direct avec les utilisateurs, importance de leur satisfaction, acceptation de la difficulté expression complète du besoin, économies de temps et de stress …

Nos lecteurs auront repéré ici aussi les points-clés du raisonnement Valeur(s):

  • « à quoi ça sert ? » le projet : à livrer un logiciel opérationnel
  • « que suffit-il ? » : livrer des ébauches qui répondent au plus vite aux besoins principaux et n’ajouter que ce qui  manque
  • « AVEC les parties prenantes » : les utilisateurs collaborent régulièrement et tout au long du processus avec les concepteurs

Le MOOC de Florent Lothon et Jérôme Carfantan présente d’ailleurs de nombreuses autres méthodes, complémentaires à la démarche Agile, à mettre en oeuvre pour rendre une projet et une entreprise ‘agiles’ :

  • Design Thinking, pour penser le produit avec la perspective client, et l’oeil d’un designer, attentif à : 1° les attentes des utilisateurs ‘personas’, 2° la faisabilité technologique, 3° la viabilité économique (NDA : la ‘valeur’, quoi)
  • Lean StartUp, pour tester son idée, en mettant en oeuvre le processus d’itérations préféré des startups : construire / mesurer / apprendre, et en s’appuyant sur le ‘lean startup canvas‘ (NDA : TRES largement inspiré de  Prieur et Osterwalder) qui facilite l’expression collective des objectifs des parties prenantes
  • Scrum, pour produire au bon moment et au meilleur coup, en s’appuyant sur un ‘Product Owner‘ qui capitalise les itérations autour d’un ‘Product Backlog‘ définissant les attentes
  • Kanban, pour optimiser les processus en visualisant la ‘chaîne de valeur‘ et limiter variabilité et stocks (NDA : un outil du Lean manufacturing)
  • Lean Management, pour ‘donner du sens‘ au processus en s’appuyant sur la ‘Voice of the customer‘ et éviter les ‘gaspillages

D’autres méthodes sont présentées pour permettre l’application de la démarche Agile dans d’autres domaines que la conception de produit :

  • Management 3.0, pour libérer le potentiel d’une équipe et faciliter ce changement de paradigme managérial vers l’auto-organisation, la collaboration, l’autonomie et la responsabilité
  • Holacraty (r), pour l’organisation d’une entreprise ‘libérée’
  • Beyond Budgeting, pour une comptabilité basée non plus sur des budgets annuels, mais sur des itérations liées aux projets et à leurs horizons divers dans le temps
  • la 5e discipline de Peter Senge, pour rendre l’organisation apprenante par la pensée systémique

Applaudissons cette belle synergie entre méthodes, derrière le drapeau ‘Agile’ ! Celles-ci partagent en effet le raisonnement Valeur(s) et ont été presque toutes décrites dans ces pages.

Regrettons qu’on aurait pu ajouter à cet inventaire :

  • une présentation plus poussée du changement de paradigme systémique, qui amène à comprendre l’intérêt de l’agilité pour maîtriser la complexité des projets et des entreprises humaines
  • des méthodes (analyse fonctionnelle, modélisation système …) qui permettent d’améliorer l’expression par les utilisateurs de leurs vrais besoins, et les relier à leurs attentes par rapport au livrable à fournir
  • la prise en compte non seulement des utilisateurs et des concepteurs, mais de toutes les parties prenantes du projet: fournisseurs et partenaires, installateurs, acteurs de la solution en place, autres fonctions de l’entreprise, actionnaire, environnement, société, administrations …
  • des méthodes qui permettent de déployer ce nouveau paradigme à toutes les dimensions, fonctions et performances de l’entreprise, de la stratégie aux achats et à la gestion du personnel, en passant par le business model, l’informatisation, etc.

Mais l’agilité de la démarche Agile devrait permettre d’intégrer toutes ces améliorations ? 😉

2 commentaires


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *